Papier de Soi

Dominique Crognier

Pourquoi graver au burin de nos jours ?

jeudi 15 mai 2014 par

Graver le cuivre en taille directe au burin est un geste physique nécessitant plus de temps que n’importe quelle autre technique de gravure, c’est aussi une activité risquée car difficilement corrigeable.

  J’ai toujours su qu’un jour, j’essaierai le burin et que cette technique me conviendrait. Il me manquait alors le temps, je pratiquais diverses techniques de gravure plus ou moins rapides. L’utilisation de mordants est difficile pour moi car je ne peux les utiliser qu’à l’extérieur en été, et enfin, j’ai toujours eu cette sensibilité aux émanations y compris du perchlorure de fer.

  Catherine Gillet m’a initiée au burin et depuis, je pratique chaque jour. Après avoir dessiné une esquisse sur la matrice avec des feutres indélébiles de tailles diverses, je me laisse guider à la fois par la taille et le cuivre. Le travail requiert une luminosité rasante, le calme ... j’associe le geste du buriniste à celui de la broderie d’art, il requiert la même patience et la même minutie : un anachronisme, un véritable luxe de nos jours. J’ai envie de citer le buriniste Louis-René Berge l’"exercice constitue un art de vivre qui repose sur une morale dont les règles sont imposées par ce travail où le mental est très mêlé au manuel ; ce dernier imposant un "ralenti" qui peut être favorable à une réflexion créatrice".

Son travail sur Facebook https://www.facebook.com/dominique.crognier


Portfolio



Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 22824

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Artistes   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License