Papier de Soi

Le calendrier des rencontres

samedi 18 septembre 2010 par

Navigation rapide

Septembre 2010 :

Signes barbares

« Modeste flânerie dans le temps et l’espace à la rencontre de quelques systèmes d’écriture »

Alain Cagnard et Moïse Lefebvre organisent un parcours autour du signe et jalonnent cette rencontre avec quelques livres et objets qui racontent les outils de l’écrit.

Ouverture de l’espace le samedi 25 septembre et le dimanche 26 de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h. Présentation de l’exposition le samedi 25 Septembre 2010 à 18 heures

Réhabiliter l’exotisme ?

Il n’y a pas que de bonnes raisons de s’intéresser aux langues et aux écritures. Comme souvent les mauvaises raisons ne sont pas les moins séduisantes. Parmi celles-ci l’attrait de l’exotisme mérite-t-il le discrédit dans lequel il est tombé ? Dès que les puissants du monde ont connu ou soupçonné existence de peuples différents, ils ont voulu les soumettre, accaparer leurs richesses, leur imposer leurs propres croyances et usages. C’est ainsi que des soldats, explorateurs, missionnaires sans scrupules ont contribué à l’anéantissement de peuples et de civilisations. A la faveur de la colonisation, motivée par la cupidité et le prosélytisme religieux, s’est développée une esthétique de l’exotisme qui donnait bonne conscience au colonisateur tout en le confortant dans son complexe de supériorité. En réaction aux horreurs engendrées par ce mythe de la supériorité de certains peuples on en vint parfois à nier les différences entre humains, conception politiquement correcte, certes moins dangereuse mais guère plus fondée que l’ancien mythe. Pourtant, à toutes les époques, quelques esprits éclairés séduits par l’étrangeté des populations rencontrées, ont reconnu et respecté en elles des civilisations à part entière, car ils avaient compris comme Montaigne que « chacun appelle barbarie ce qui n’est pas de son usage ». En suivant leur exemple réhabilitons l’exotisme afin de nous enrichir doublement en observant les autres et en découvrant la part d’insolite ou d’irrationnel dans nos usages les plus familiers. En ce qui concerne les langues ou les écritures cette attitude ouverte et tolérante n’interdit pas les préférences d’ordre affectif ou esthétique mais elle tord le cou aux préjugés et aux lieux communs. Qui déclare avec aplomb que sa langue est la plus belle ou la plus difficile du monde prouve simplement qu’il ignore tout des autres et qu’il ne sait pas grand-chose de la sienne. De même si, dès la fin du XIXe siècle, la Société de Linguistique de Paris a interdit dans ses statuts tout débat sur la langue originelle, c’est bien parce que les réponses proposées relevaient, pour la plupart, de la simple vanité – voire de la psychiatrie – et non d’une étude scientifique.

Comment mieux se connaître soi-même qu’en s’intéressant aux autres ?


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | visites : 24651

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Expositions   ?

Site réalisé avec SPIP 1.9.2c + ALTERNATIVES

Creative Commons License